Désir et Volupté au musée Jacquemart-André

Désir et Volupté au musée Jacquemart-André

Jusqu’au 20 janvier 2014, vous pouvez visiter une modeste exposition, « Désir et Volupté », sur les préraphaélites anglais du 19ème siècle dans le cadre incroyable qu’offre le musée Jacquemart-André.

Ce mouvement, loin d’être le plus reconnu, est malgré tout très représentatif d’une période et d’une société victorienne à la morale stricte et aux mœurs implacables. A travers 8 salles, vous pourrez découvrir des grands noms comme Alma-Tadema, Burne Jones, Waterhouse, Millais, Strudwick, Rosseti ou encore Lord Leighton à qui on doit le tableau qui sert d’affiche à l’exposition.

Que les amateurs de belles images se rassurent, l’expo offre un aperçu honorable quoique succinct, de la grâce et de la beauté vues par les peintre anglais de cette période. L’exposition propose suffisamment d’oeuvres pour y passer une bonne petite heure si on prend le temps de lire tous les textes. Les arguments sont pertinents et vont à l’essentiel, le propos est juste, même si peu développé et peu polémique.

Chaque salle aborde une thématique différente bien que connexe à la précédente, et permet ainsi un parcours plutôt fluide même si on a vite l’impression de lire une succession de biographies, et que chaque argument n’est qu’un prétexte pour introduire un peintre. Du coup, l’exposition manque un peu de chronologie et on a du mal à comprendre l’origine et les motivations des préraphaélites.

D’autre part, l’exposition met en avant les sources d’inspiration des peintres préraphaélites : mythologie, antiquité, légendes médiévales, orientales, littérature classique… Une quête d’héroïsme, mais aussi de figures romanesques parfois tragiques, dont le sujet principal est souvent une femme.

En effet, la femme est au cœur du travail de ces artistes, dans une société où son pouvoir est restreint, et où l’obéissance à l’homme doit être totale. Ces artistes leur offrent à l’époque une façon de s’évader de leur condition et de fantasmer une autre vie pleine d’aventures, d’héroïnes et de sensualité.

[box_light]En résumé :

Un cadre sublime avec un musée que vous pourrez visiter par la même occasion, une exposition avec quelques pièces sublimes même si on regrette leur faible nombre, un parcours plutôt rapide qui survole un mouvement trop peu connu, mais qui j’espère vous donnera envie d’en apprendre plus. [/box_light]

 

Laissez votre commentaire