Daimyo – seigneurs de la guerre au Japon à voir au musée Guimet jusqu’au 14 mai 2018

Daimyo – seigneurs de la guerre au Japon à voir au musée Guimet jusqu’au 14 mai 2018

Daimyo – seigneurs de la guerre au Japon à voir au musée Guimet jusqu’au 14 mai 2018

Sujet

Oeuvres

Scénographie

Summary:
Cette nouvelle exposition du Musée Guimet s'inscrit dans le cadre de la saison désordre du Palais de Tokyo, mais elle préfigure également l'année japonisme célébrant les 160 ans des relations Franco-japonaises.

87%

Du guerrier japonais des temps anciens, on a généralement l’image du samouraï, mais voilà, au niveau supérieur se trouvaient les Daimyo, les seigneurs locaux chefs de guerre. Ces hommes de pouvoir s’entouraient d’un luxe extrême jusque dans l’art martial. Ce sont ces armures – témoignages extraordinaires – qui sont aujourd’hui mises en lumière au Musée Guimet, jusqu’au 14 mai dans l’exposition Daimyo – seigneurs de la guerre au Japon.

Des armures impressionnantes

33 armures, dont 8 présentées au Palais de Tokyo, issues des collections publiques et privées françaises, ont été sélectionnées avec soin et sont, pour certaines, montrées pour la première fois au public (il est à noter que le même billet d’entrée permet d’avoir accès aux deux expositions)

Les armures des chefs de guerre sont des bijoux de technologies de l’époque médiévale japonaise, que ce soit dans les articulations permettant le mouvement, les masques en plusieurs morceaux, mais également dans les techniques mises en oeuvre pour les créer.

Les éléments les plus saisissants de ces tenues sont, sans conteste, les casques ou Kawari Kabuto. Ceux-ci arborent les formes les plus extravagantes : coquillages, chauve-souris, libellule, crabe, divinité, etc. Ces casques, destinés aussi bien à montrer le pouvoir des Daimyo lors de parades que lors d’audiences, sont également essentiels sur les champs de bataille. Chaque chef était identifiable tant par ses hommes que par les opposants.

Il est très rare de voir des armures complètes et le musée Guimet a dû faire appel au mécénat pour en acquérir une. Il faut saluer le travail réalisé par les commissaires d’exposition qui sont parvenus à réunir autant de belles pièces, dont une armure de la célébre famille Mori, en à peine sept mois.

Des oeuvres variées

Contrairement aux armures occidentales toutes faites de métal, les armures japonaises sont constituées d’une multitude de matériaux : laque, textile, métal, cuir et même galuchat (peau de poisson tannée). De ce fait, les pièces étaient infiniment précieuses et variées, mais étonamment résistantes.

En plus des masques, des casques et des armures, plusieurs éventails, chasse mouches et pièces textiles sont présentés, tout comme des paravents et autres objets du décorum militaire japonais.

Une exposition en trois volets

À Guimet même, l’exposition occupe le rez-de-chaussée de l’hôtel HEIDELBACH et la rotonde du 4e étage. Dans la rotonde, les armures sont mises en scène autour de l’armure de la famille Mori. La lumière et la scénographie dépouillée permettent de mettre en valeur les pièces exposées et d’en admirer les détails.

A l’hôtel d’Heidelbach, le visiteur est saisi par la profusion des oeuvres. Une galerie de masques, des vitrines de casques, quelques éventails, le tout sous le regard de plusieurs armures complètes, dont celle du musée de l’Armée qui est la plus ancienne présente dans les collections publiques françaises. Pour les plus attentifs, cette armure est même représentée sur le plafond de la galerie des batailles du château de Versailles.

La troisième partie de l’exposition se trouve au Palais de Tokyo où huit armures sont placées dans une installation de l’artiste britannique George Henri Longly.

Cette nouvelle exposition du Musée Guimet s’inscrit dans le cadre de la saison désordre du Palais de Tokyo, mais elle préfigure également l’année japonisme célébrant les 160 ans des relations Franco-japonaises.

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.